Économiser de l’énergie sous la douche : une idée de Gaïa Green, à Tourcoing ( La Voix du Nord )


Économiser de l’énergie tout en se prélassant sous la douche ?


Ce n’est pas loufoque, mais possible, grâce au récupérateur de chaleur pour douche (RCD). Un système largement utilisé et breveté aux Pays-Bas, dont le Hollandais Roben Van Bree est le distributeur exclusif à Tourcoing.


Comment cela fonctionne-t-il ? D’ordinaire, lorsqu’on prend une douche, l’eau usée est évacuée vers les égouts et sa chaleur se perd dans la nature.
L’originalité du RCD consiste à utiliser l’eau qui s’écoule pour préchauffer l’eau froide qui alimente la douche au moyen de trois appareils qui se déclinent en fonction du genre d’habitat à équiper : particuliers, logements neufs ou collectivités (hôpitaux, hôtels, piscines, etc.).


Roben Van Bree reconnaît que le procédé n’est pas évident à installer dans de l’ancien, mais qu’il est facile à installer lors de travaux de rénovation (700 E TTC) ou mieux encore de construction neuve. Car le dispositif est singulièrement en phase avec les exigences de développement durable. Aux dires de son vulgarisateur, le RCD permet à une famille de quatre personnes d’économiser entre 150 et 300 m³ de gaz ou 1 500 à 3 000 kWh par an.


Conforme à la réglementation européenne, le RCD a obtenu aux Pays-Bas le label HQE (haute qualité environnementale). Roben Van Bree, qui est aussi un militant de la cause écologique – son entreprise s’appelle Gaïa Green -, précise que l’attestation de conformité sanitaire en France est en cours d’obtention.

Gaïa Green propose des solutions pour économiser de l’énergie en… prenant une douche ( La Voix du Nord )

Économiser de l’énergie tout en se prélassant sous la douche et avec le sentiment réconfortant

Économiser de l’énergie tout en se prélassant sous la douche et avec le sentiment réconfortant de faire un geste pour la planète ?
C’est possible grâce au récupérateur de chaleur pour douche. Un système innovant, largement utilisé aux Pays-Bas, en Suède, au Danemark et en Grande-Bretagne, mais encore jamais commercialisé en France et dont Roben van Bree est le distributeur exclusif pour l’Hexagone, à Tourcoing.
Roben van Bree est certes un jeune entrepreneur, mais c’est surtout un chef d’entreprise qui veut agir en « militant » de la cause écologique. Ce n’est pas pour rien que ce Hollandais installé à Tourcoing a appelé son entreprise « Gaïa Green ».
Issu des métiers du bâtiment et mécontent des ravages engendrés sur l’environnement par l’usage de certains matériaux toxiques ou inadaptés, il a décidé de se spécialiser dans les produits qui permettent de s’inscrire véritablement dans une politique de développement durable. Et non pas « de profiter de ce nouveau marché qui s’ouvre pour tenter de vendre n’importe quoi au consommateur », dit-il.
Il compte donc distribuer son récupérateur de chaleur pour douche breveté aux Pays-Bas où il a obtenu l’équivalent du label HQE (Haute Qualité environnementale).
Comment cela fonctionne-t-il ?

Globalement, lorsque l’on prend une douche, l’eau chaude est habituellement évacuée vers les égouts et sa chaleur se perd dans la nature. Le système que vante Gaia Green permet d’utiliser cette chaleur pour chauffer l’eau froide qui alimente la douche au moyen de trois appareils qui se déclinent en fonction du style d’habitat ou de bâtiments à équiper : particuliers, logements neufs, collectivités (maisons de retraite, hôpitaux, hôtel, piscine…).

Ce système n’est pas évident à installer dans des maisons anciennes, mais il est facile à mettre en place lors de travaux de rénovation (700 euros TTC). Il vise également l’équipement de logements neufs et de bâtiments collectifs en projet de construction. Tous lieux soumis au nouveau cahier des charges d’économie d’énergie qui doit répondre aux nouvelles règles édictées par le Grenelle de l’environnement.
Aux dires de son vulgarisateur, le récupérateur de chaleur pour douche permet à une famille de quatre personnes, accros aux ablutions matinales sous la pomme, d’économiser entre 150 et 300 mètres cubes de gaz ou 1 500 à 3 000 KWh par an. Ce qui est loin d’être négligeable lorsque l’on sait que les factures énergétiques sont orientées à la hausse.
« Partout où je vais, on m’accueille à bras ouverts, un des architectes qui s’occupe de la zone de l’Union s’est montré intéressé beaucoup de gens avaient déjà réfléchi au problème, mais personne n’avait mis au point le produit. Et le produit, moi, je peux le proposer », insiste Roben van Bree qui précise que l’attestation de conformité sanitaire pour la France est en cours d’obtention. •

Les patrons devraient s’installer davantage dans le salon de JADDE ( La Voix du Nord )


L’événement automnal est la principale contribution de la CCI Grand Lille au développement durable au service des entreprises. Cette huitième édition ne décevra personne puisqu’on s’y bouscule encore vivement pour vendre, acheter, produire et consommer durablement.


L’impression est toujours la même, une fois immergé dans cette ruche bourdonnante du grand hall du beffroi consulaire de Lille. Les écotechnologies du « green business » et les services consulting ou institutionnels qui les accompagnent semblent préfigurer la nouvelle économie dite « de croissance verte » dans notre région. JADDE invite en deux journées les chefs d’entreprises à s’initier aux solutions concrètes dans les problématiques de développement durable qu’ils rencontrent – par la contrainte réglementaire ou l’engagement personnel, ce qui est bien plus rare, il faut bien le dire. Et le déplorer.


Durant deux jours, 93 exposants et 135 interventions dans 33 conférences auront dessiné, jusqu’à ce soir, les traits d’échanges vertueux sur la performance globale de l’entreprise par et pour le développement durable, conciliation entre la préservation de l’environnement, l’équité sociale et le développement économique. « Le cahier des charges de JADDE est de valoriser les bonnes pratiques servant les entreprises dans ces trois axes à concilier, ensemble, d’une croissance durable », explique Didier Copin, pilote expert de l’événement pour la CCI Grand Lille.
Il n’y a plus qu’à faire son marché parmi les stands. Le centre ressource du développement durable (CERDD) présente les outils d’accompagnement de la création d’entreprise intégrant la dimension environnementale. Mathieu Humez explique « enviesd’ici.com », un site locavore (mouvement prônant la consommation de produits locaux) qui permet de commander des produits d’épicerie venant tous d’un rayon de 150 km autour de Lille. Les produits sont livrés par triporteur avec une étiquette mesurant leur impact sur l’environnement et avec l’engagement d’une compensation environnementale viades fours à bois plus économes en énergie au Bénin.

Roben van Bree décline Gaïa Green, sa petite entreprise tourquennoise qui récupère les calories de l’eau chaude de la douche. Au lieu de filer dans l’égout, l’eau à 35 °C file vers la chaudière dont elle réchauffera l’eau froide destinée… à la douche. C’est malin, récupérer la chaleur de la douche pour préchauffer l’eau qui lui parvient permet de d’économiser jusqu’à 40 % de la facture d’eau chaude sanitaire, avec un retour sur investissement de trois à sept ans pour une famille de quatre personnes.
Dans d’autres registres, Kyyple (Euratechnologies à Lille) vend avantageusement les surplus de béton laissés par les constructeurs sur leurs chantiers Plage, spécialiste à Blaringhem de la décoration adhésive, invente un nouveau sticker écolo-lumineux Copalis valorise au Portel les déchets issus des sous-produits de poissons pour l’alimentation animale, etc.
À noter aujourd’hui une table ronde sur l’industrie (11 h), une remise de prix écoconception à six entreprises régionales vers midi, et un prix français Qualité et Performance (17 h 30). •

Gaiagreen pour récupérer la chaleur des eaux usées de la douche :


Fini de gaspiller l’eau usée de la douche ! Les solutions Gaiagreen permettent de récupérer jusqu’à 70 % des eaux chaudes sanitaires pour une meilleure efficacité énergétique. Les différents systèmes disponibles peuvent être utilisés dans les maisons neuves ou anciennes, de plain pied ou à étages. Ainsi que pour un usage collectif comme par exemple dans les piscines ou les hôpitaux.

Le type Recoh®-Vert permet de récupérer plus de 60 % de la chaleur utilisée pour la douche. Il a été conçu pour les maisons individuelles, où la douche se trouve à l’étage ou pour des logements collectifs.


Grâce à ce système, l’eau froide sera préchauffée avant de rentrer dans le ballon d’eau chaude et dans la douche. Vous gagnerez environ 18 à 20 °C. En plus, vous sollicitez d’autant moins la chaudière ou le ballon d’eau chaude ce qui prolongera leur durée de vie.

Le fonctionnement du récupérateur d’eau chaude sanitaire

L’eau chaude usée de la douche coule à l’intérieur de la paroi de l’échangeur de chaleur. L’eau propre est propulsée en spirale au tour du tube d’évacuation. L’eau chaude transmet ses calories à l’eau froide. Le Recoh®-Vert est un système basé sur l’instantanéité. Pendant la douche, le transfert de chaleur se produit. Le système d’eau chaude ne fonctionne plus qu’à la moitié de sa puissance. Ce qui peut donner un gain énergétique de 150 à 300 M3 de gaz, ou autre énergie, à base annuelle (pour une famille de 4 personnes).

Grâce à la vitesse d’écoulement de l’eau, le système est auto nettoyant et ne nécessite que très peu d’entretien.
Le Recoh-Vert a été conçu pour les douches à l’étage. Il s’installe à la verticale et existe en 3 versions :
Longueur de 2.10m pour une hauteur sous plafond de 2.50m avec un rendement de 65.4% – Son prix est de 750€ TTC
Longueur de 1.60m pour une hauteur sous plafond de 2.00m avec un rendement de 55.8% – Son prix est de 600€ TTC
Longueur de 1.20m pour une hauteur sous plafond de 1.60m avec un rendement de 46.9% – Son prix est de 500€ TTC

Les autres systèmes de récupération d’eau

Le Recoh-Drain a été conçu pour les maisons plains pied avec une douche à l’italienne (douche classique). Il s’installe dans une réservation au sol.
Le système est fait d’une échangeur avec différentes plaques de cuivre avec une longueur de 70 x 13 cm (l’encombrement est donc de peu)
La livraison inclue également les parties de branchements, l’étanchéité, répartiteur (siphon) et la grille inox.
L’appareil à un rendement de 44,1% et est en vente pour un prix complet de 1400€ TTC


Le Recoh-Tray a été conçu pour les maisons en rénovation. Il s’installe directement dans une bac à douche adaptée de 90 x 90 cm minimum.
Le système est fait d’une échangeur en forme de disque. En simultané, l’eau froide passe dans un serpentin placé en sous-face du dispositif.
L’appareil à un rendement de 39,6% et est en vente pour un prix de 850€ TTC
Le bac à douche adapté à ce système est en acier émaillé avec un antidérapant à base de sable et quartz – Son prix est de 865€ TTC


Le Recoh-Multivert a été conçu pour les douches dans les établissements collectives tels que les piscines, logements collectives, hôtellerie, halls de sport etc et existe en plusieurs versions :
Longueur de 2.10m pour une hauteur sous plafond de 3.00m. Le rendement diffère selon type d’installation (entre 35 et 60%)
Longueur de 1.60m pour une hauteur sous plafond de 2.50m. Le rendement diffère selon type d’installation (entre 30 et 55%)
Longueur de 1.20m pour une hauteur sous plafond de 1.60m. Le rendement diffère selon type d’installation (entre 25 et 45%)v


Tous ces modèles existent en 4, 6 et 8 tubes
Ces systèmes collectifs sont en vente pour 4000 à 7500 € TTC


Gaiagreen est la filiale d’une société hollandaise et plus de 25 000 récupérateurs de douche ont déjà été commercialisés aux Pays-Bas.