Efficacité énergétique : les bailleurs sociaux s’intéressent au contrat de performance énergétique

La vague du contrat de performance énergétique (CPE) ne déferle pas encore sur le monde du logement social. Mais plusieurs expérimentations ont été lancées par quelques bailleurs précurseurs. Premiers enseignements.

Le séminaire organisé par le bailleur ICF (groupe SNCF) le 24 mai dernier a permis d’examiner quelques expériences de contrats de performance énergétique (CPE) développées par des bailleurs précurseurs comme ICF à Schiltigheim (64 logements), Polylogis à Vitry-sur-Seine (231 logements, projet européen Shelter) ou Habitat 76. Le projet de Schiltigheim est à ce jour le seul exemple de CPE avec tiers investisseur dans le logement social (50% d’avancement des travaux). L’opération se caractérise par la rénovation des bâtiments et l’installation d’un système d’eau chaude sanitaire collective au gaz (contrat géré par ICF) et de chauffages individuels électriques par accumulation pour des contraintes de coûts (contrats individuels). Le contrat d’exploitation s’étalera sur 19 ans avec une responsabilité de l’opérateur (pénalités). Cette opération, la plus aboutie dans le cadre du programme européen Fresh (rénovation énergétique du logement social), devrait permettre aux locataires d’économiser en moyenne 32 euros par mois (-33% en euros, -45% en consommation).